Comment choisir son parquet ?

Le parquet est surement le revêtement de sol le plus largement répandu dans nos intérieurs. Authentique et chaleureux, épuré et moderne, le parquet s’adapte à tous les styles et offre chaleur et confort à chaque pièce de la maison.

Mais lorsque vient le choix du modèle, cela se complique… Il existe désormais une multitude de solutions selon vos besoins. 

Le choix de votre parquet doit donc s’articuler autour de plusieurs axes : le type de parquet (contrecollé ou massif), l’essence du bois et le type de pose (clouée, flottante ou collée).

Tout d’abord, mettons nous d’accord, il faut bien différencier le parquet, le contrecollé et le revêtement de sol stratifié. En effet, le parquet est composé à 100% de bois massif d’une seule et même essence, contrairement au contrecollé qui lui est composé de 3 couches différentes : une couche de contreparement qui se situe contre le sol, une couche intermédiaire et, en surface, une couche d’usure ou parement. Si les 2 premières couches sont généralement composées de résineux ou de bois aggloméré, la couche d’usure est, elle, faite de bois noble. Et enfin, le stratifié lui est un parquet synthétique. Ses lames en fibre dense hydrofuge ne font que quelques millimètres d’épaisseur, elles sont très solides et résistent parfaitement à l’humidité. Elles sont aussi clipsables, pour un assemblage tout en souplesse. La couche de décor porte un motif imitant de manière plus ou moins stylisée le fil du bois. Le tout est protégé par une couche d’usure en résine qui rend le parquet stratifié relativement résistant malgré sa faible épaisseur.

Le parquet massif lui a l’avantage de la longévité et se retravaille facilement. Celui-ci est donc plus onéreux mais c’est aussi un investissement sur le long terme. Le contrecollé est une bonne alternative, on ne perçoit parfois même pas la différence avec un parquet massif. Le sol stratifié est une solution économique et visuelle car il imite aujourd’hui parfaitement le bois et son veinage… parfois même jusqu’au toucher !

Votre choix dépendra avant tout de la pièce dans laquelle vous souhaitez poser le parquet. Selon sa dimension et son utilisation (pièce humide, de grands passages,…) certaines essences de bois seront plus adaptées. Dans une salle de bain par exemple, préférez le teck, le mélèze d’Europe ou le robinier qui sont des bois exotiques et pour la majorité, imputrescibles. Pour une pièce  très fréquentée comme le séjour ou le couloir, il faudra par ailleurs opter pour une essence de bois haute-résistance. 

Bon à savoir ! Généralement le parquet accompagne la lumière d’une pièce, les lames se posent donc verticalement par rapport à la source de la lumière. 

Côté déco, on constate un retour à l’authentique : les parquets avec des singularités (noeuds, aspérités…), autrefois considérés comme des défauts reviennent à la mode. Les parquets blanchis, gris ou à l’inverse les parquets de couleurs très foncées sont plus que tendances. Et pour un esprit résolument moderne, on opte pour des lames larges et longues.  

 

Jessica - 16.01.2018 - Actu déco/Leçons Déco - Aucun commentaire.

Articles similaires

Place to Be de l’été : Le Perchoir Marais

Dans Visite déco

Ça y est le mois d’août touche à sa fin et avec lui l’idée même de vacances… Mais heureusement pour un retour en douceur à la réalité, certaines adresses prolongent cette sensation de bien-être en nous offrant la possibilité de profiter de leurs agréables terrasses. Pas question de mettre fin de façon brutale, à nos […]

Visite Déco : Hotel Le Pradey

Dans Visite déco

Situé dans une petite rue du 1er arrondissement, entre la rue de Rivoli et la rue Saint-Honoré, l’hôtel Le Pradey est à quelques pas du Louvre, des Tuileries, de la Place Vendôme et, à peine plus, de l’Opéra Garnier. Un emplacement en or pour cet hôtel qui en très peu de temps est devenu l’un […]

Zoom sur… Odile Decq

Dans Zoom sur...

Architecte, urbaniste et designer, Odile Decq est un personnage haut en couleurs et aux multiples casquettes ! Son parcours… Née en Mayenne (comme notre super architecte à nous, Mylène) le 18 juillet 1955 à Laval, Odile Decq commence des études d’architecture à Rennes, et poursuit son parcours à l’Unité pédagogique d’architecture n°6 (Ecole nationale supérieure […]